Photo grande Paul Tojean .jpg

À propos

Paul Tojean, de son vrai nom Eric Guillot, est né à Saint-Affrique un certain 17 janvier (quatre jours avant la disparition du poète Blaise Cendrars et six mois précédant celle de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline). Que cela ne tienne ! Des années plus tard, la poésie viendra le hanter, jusqu’à savourer, à 17 ans, Le vin de l’assassin, de Baudelaire. Avec son diplôme de compositeur-typographe en poche, sa vie professionnelle débute à Centre Presse, à Rodez. Il ne s’intéresse alors qu’aux poètes et écrivains du XXe siècle et voue une passion particulière pour le surréalisme.

Par ailleurs, les récits d'Annie Leclerc, professeure de philosophie l’inspirent pour la rédaction des poèmes d’amour, concis, quelque peu surréalisant, comme il le mentionne dans son recueil Le visage de l’amour au cristal des rêves. D’autres noms de la littérature et de la poésie sont à citer : Soupault, Leiris, Ponge, Char, Annie Le Brun ou Camille Laurens (pour son récit Dans ces bras-là, Paul Tojean a publié un poème ironique dans l’Art de déplaire).  Les écrits du poète évoluent, sa vie professionnelle aussi. Il devient tour à tour, photocompositeur, puis technicien d’édition avant d’intégrer la rédaction. De 2003 à 2017, il consacre tous les dimanches, dans les colonnes du journal, un espace poétique à des auteurs et auteures de divers horizons. Paul Tojean a publié plusieurs ouvrages de poésies parus aux éditions l’Harmattan, Brumerge et dernièrement chez Sinope Editions.